Des Juifs dans la collaboration : l'U.G.I.F., 1941-1944 (Edi) par Maurice Rajsfus

September 23, 2019

Des Juifs dans la collaboration : l'U.G.I.F., 1941-1944 (Edi) par Maurice Rajsfus

Titre de livre: Des Juifs dans la collaboration : l'U.G.I.F., 1941-1944 (Edi)

Auteur: Maurice Rajsfus

Broché: 403 pages

Date de sortie: January 7, 2017

Éditeur: EDI (réédition numérique FeniXX)

Obtenez le livre Des Juifs dans la collaboration : l'U.G.I.F., 1941-1944 (Edi) par Maurice Rajsfus au format PDF ou EPUB. Vous pouvez lire des livres en ligne ou les enregistrer sur vos appareils. Tous les livres sont disponibles au téléchargement sans avoir à dépenser de l'argent.

Maurice Rajsfus avec Des Juifs dans la collaboration : l'U.G.I.F., 1941-1944 (Edi)

De 1941 à 1944, certains notables juifs français ont-ils servi la politique de Vichy ? Ont-ils facilité la politique d'extermination conduite par les nazis ? Ces deux questions trouvent une réponse dans ce livre, dont l'auteur, alors adolescent, a vécu cette période dramatique qui devait voir ces notables bienfaisants participer à la mise en place d'une organisation (l'UGIF), qui permettra l'intensification de la répression antijuive. Au nom de la politique du moindre mal, les dirigeants de l'UGIF, vont accepter la loi raciste et appliquer les directives de Vichy. Pendant ces dures années de l'occupation, ce sera la recherche constante du compromis : tant avec le régime de Pétain qu'avec les autorités nazies. Pour ces légalistes, la loi ne devra jamais être remise en cause. Cette politique, dont le but essentiel était d'éviter que la répression ne frappe les juifs français permettra, dans un premier temps, d'isoler les Juifs étrangers, et de mieux les désigner aux coups des nazis et de la police française. Par la suite, cette attitude ira jusqu'à la collaboration active, pour certains, sans pour autant protéger les principaux animateurs de cette organisation qui seront, à leur tour, arrêtés et déportés. Après la Libération, l'affaire sera étouffée et le procès public évité. Un jury d'honneur sera pourtant constitué, mais il se réunira à huis clos, et ses conclusions ne seront jamais connues. Près de quarante ans après ces événements, il n'est que temps de rouvrir le dossier de l'UGIF : non pour juger les hommes, mais surtout pour tenter de comprendre leur motivation.